DONNEE POUR MORTE, LE MANNEQUIN YACINE BARRE PARLE – «J’étais malade mais, je n’ai jamais envisagé le suicide»


Rédigé le Jeudi 13 Février 2014 à 10:03 | Lu 114 fois | 0 commentaire(s)


L’OBS - C’est à partir d’un message posté sur un réseau social par une de ses collègues mannequins que tout s’est emballé. «Tu avais partagé cette photo comme une sorte de message d’au-revoir, mais je n’ai jamais su que tu mettras ça à exécution… Grande sœur, le suicide n’était pas la bonne solution… Suis très touchée, pourquoi nous avoir fait ça ?», s’est désolée Awa Ndiaye alias Eva Chon, sur Facebook. Assez pour que la presse en ligne annonce en gros titre le suicide du modèle Yacine Barre. A l’arrivée, ce n’était ni plus ni moins qu’une mauvaise blague. Quand certains parlent de buzz orchestré par la principale concernée, celle-ci monte au créneau pour démentir, ce qu’elle considère comme une machination. Révélations d’outre tombe… La revenante parle…


DONNEE POUR MORTE, LE MANNEQUIN YACINE BARRE PARLE – «J’étais malade mais, je n’ai jamais envisagé le suicide»
La nouvelle de votre suicide fait le buzz sur Internet, alors que vous êtes bien vivante. Qu’est-ce qui est à l’origine de cette fausse information ?
J’ai été au courant de cette affaire en même temps que tout le monde, par le canal de la presse en ligne. On a annoncé mon suicide et pourtant je suis bien vivante, comme vous pouvez le constater. Je tiens à rassurer mes proches, ma famille et mes amis, Yacine Barre n’est pas morte. Je n’envisage pas de me suicider et je n’ai d’ailleurs aucune raison de le faire. Je suis jeune, j’ai à peu près la trentaine, j’ai un boulot, je n’ai aucun souci…
 
Vous n’êtes pas malade non plus ?
Rien qui vaille la peine de mettre fin à mes jours. J’avais pris un congé maladie depuis déjà quelques jours mais, ce n’est rien de méchant. Je me remets bien.
 
Il s’est aussi dit que votre sœur a également posté un message pour démentir votre mort. Elle a dit que vous étiez tout juste malade et hospitalisée. Qu’en est-il exactement ?
C’est archi-faux. Ma sœur s’est contentée de dire que tout allait pour le mieux pour moi. Le reste, ce sont des inventions. Je n’ai jamais été hospitalisée. Certains sont allés même jusqu’à dire qu’ils ont eu ma mère au bout du fil, pendant que d’autres ont raconté que le vigile de chez moi leur a avoué que j’ai été transportée d’urgence à l’Hôpital Principal à bord d’un 4X4. Ce sont des balivernes.
 
Comment avez-vous vécu l’annonce de votre mort
Cela ne m’a pas affecté parce que, ce n’est pas la première fois que des gens essaient de véhiculer des informations négatives sur moi. Toutefois, ce qui me touche, c’est le fait que la presse s’en est mêlée. A mon avis, elle aurait dû d’abord prendre le soin de vérifier et de bétonner l’information avant de la publier.
 
La première fois, qu’est-ce qui s’était dit sur vous ?
Non, je préfère garder cela pour moi. Cette histoire est loin derrière moi, mais ce qui est sûr et certain, c’était sur un sujet beaucoup plus délicat…
 
Plus délicat que la mort ?
Oui. Il y a une personne qui prend un malin plaisir à colporter des méchancetés sur moi, mais je vais tirer cette affaire au clair. Tôt ou tard, je saurai qui est derrière cela et il n’y aura pas de 3e fois.
 
Comment comptez-vous vous y prendre pour mettre à nu cette personne ?
Si je vous le dis, ma démarche risque de ne pas aboutir.
 
Avez-vous une idée de qui est derrière ?
Autrement, je ne serais pas là, à vous parler…
 
C’est pourtant l’une de vos proches amies, en l’occurrence Awa Ndiaye, alias Eva Chon, mannequin comme vous, qui a posté un message sur Facebook, annonçant votre suicide ?
Tout d’abord, Eva et moi ne sommes pas proches. Nous sommes toutes les deux mannequins, originaires de Saint-Louis, mais c’est trop dire que nous sommes des meilleures amies. Je suis, de loin, son aînée. La personne qui est derrière cette manigance doit très bien nous connaître, parce qu’elle est passée par elle pour arriver à ses fins. Elle s’est fait passer pour mon cousin en appelant Eva et d’autres personnes de mon cercle d’amis, pour leur annoncer mon suicide. Malheureusement, elle est tombée dans le panneau et a posté un message via Facebook, dans ce sens. Elle s’est trompée de bonne foi, car on l’a induite en erreur. Lorsque je l’ai eue au téléphone, elle a pleuré de chaudes larmes et m’a dit qu’elle ne croira pas que je suis vivante, tant qu’elle ne m’aura pas vue.
 
D’aucuns disent qu’elle a agi de mèche avec vous. Que c’était un Buzz orchestrée par vos soins, histoire de revenir sur la scène ?
Ce n’est pas le cas, je ne l’aurais jamais embarquée dans une telle histoire. Si je voulais créer un buzz, j’allais m’y prendre autrement. De plus, je n’ai pas besoin de cela pour être sur le podium. Pas plus tard que samedi dernier, j’ai défilé.
 
Ce même samedi, vous aviez écrit un message sur un réseau social pour dire que vous étiez malade ?
Effectivement, j’étais un peu grippée, mais par la suite, je me suis sentie mieux.
 
Est-ce vrai que vous aviez envoyé des messages à vos amis auparavant pour leur demander pardon, histoire de les préparer à votre prochain suicide ?
Ce sont des sottises, je n’ai rien fait de tel. C’est toujours la même personne qui est derrière ça. On cherche à me nuire. Que Dieu me préserve du mal.
 
Est-ce avéré que vos collègues mannequins ont organisé une quête pour vous venir en aide ?
C’est du n’importe quoi. Je ne suis pas dans le besoin. Je fais partie des meilleures de ma génération, je n’ai plus à prouver dans le mannequinat. C’est un milieu où j’évolue depuis près de10 ans. J’enseigne également dans le primaire.
 
Allez-vous poursuivre votre carrière dans le mannequinat, après cet épisode ?
Bien entendu ! Je ne vais pas mettre un terme à ma carrière et donner l’occasion à un débile de rire sous cape. Non, je refuse de me laisser prendre à ce petit jeu.
 
Pensez-vous que ce dernier fasse partie du milieu de la mode ? Quelles sont les raisons qui pourraient pousser quelqu’un à vous nuire ?
Je ne peux pas vous dire, avec certitude, la personne qui est derrière cette histoire ni les raisons qui l’ont poussé à le faire. Peut-être même qu’elle n’a aucune raison de m’en vouloir, elle l’a fait gratuitement. Nous sommes dans un pays où les gens se permettent de faire des jugements de valeurs, sans pour autant connaître la personne. Ce qui n’est pas du tout normal.
Comment votre famille a-t-elle pris les choses ?
Avec philosophie. Ma famille en a même rigolé et depuis la parution de l’information, on m’appelle la revenante…
PAR MARIA DOMINICA T. DIEDHIOU


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés