«Consolider les acquis en soutenant et en poursuivant les efforts entrepris par mon prédécesseur»


Rédigé le Jeudi 13 Juin 2013 à 22:46 | Lu 30 fois | 0 commentaire(s)


Le nouveau Préfet du département de Dakar, Alioune Badara Diop, a été installé officiellement dans ses nouvelles fonctions, hier. Il remplace Ibrahima Sakho qui est le nouveau Gouverneur de la région de Saint-Louis. La cérémonie a été présidée par le Gouverneur de Dakar, et rehaussée par la présence du maire de Dakar, du Grand Serigne de Dakar, ainsi que d’autres personnalités, a permis à Cheikh Tidiane Ndoye d’encourager et féliciter le sortant ainsi que le nouveau Préfet.


«Consolider les acquis en soutenant et en poursuivant les efforts entrepris par mon prédécesseur»
Pour sa part, Alioune Badara Diop, s’est engagé à honorer la mission que lui a confiée par le président de la République. «Je m’engage à honorer la charge de Préfet du département de Dakar, sous la vigilance de l’autorité de Cheikh Tidiane Ndoye, Gouverneur de Dakar, à qui je manifeste dors et déjà toute ma disponibilité», a déclaré le tout nouveau Préfet de Dakar qui, s’adressant à son prédécesseur, dira : «Qu’il ne soit permis de remercier le Gouverneur de la région de Saint-Louis, mon prédécesseur Ibrahima Sakho, pour les propos forts aimables à mon endroit. Je lui souhaite pleins succès dans ces nouvelles fonctions». Rappelant que M. Sakho «a 5 ans durant administré sous l’autorité de Cheikh Tidiane Ndoye, avec courage, dextérité et intelligence le département de Dakar», il a lancé : «Soyez assuré que les acquis seront consolidés, les chantiers poursuivis avec naturellement vos soutiens et vos conseils». 
Par ailleurs, il a indiqué que «face aux multiples enjeux et défis qui interpellent la région de Dakar, il nous faut ajouter l’action de l’administration territoriale au niveau  du directeur de la performance publique et à la territorialisation des outils  publics définis par le chef de l’Etat».
Pour ce faire, M. Diop a estimé qu’«il faudrait relever le défis des nombreux handicaps qui empêchent aujourd’hui les sévices déconcentrer de l’Etat de répondre adéquatement aux enjeux de l’efficacité des politiques publiques, mais également les enjeux relatifs aux exigences de la cohésion de l’action territoriale». «Nous devons donner à l’action territoriale, une nouvelle identité dans ces méthodes, en lui faisant revêtir les habits neufs d’une administration rénovée sous les paradigmes de la souplesse, de la technicité, de la rationalité, de l’efficacité, de l’équité et de la transparence», a-t-il énoncé. 
«Le nouveau management territorial devrait faire du Préfet un porteur de projet dans son potentiel juridique et technique à mobiliser l’ensemble des services déconcentrés autour d’un projet territorial. C’est cette faculté qui lui permettra d’optimiser les politiques publiques de l’Etat, de maintenir l’unité de la cohésion de l’action étatique dans sa circonscription, d’adopter les orientations centrales aux contingences globales», a ainsi soutenu l’ancien Préfet du département de Mbour qui renseigne que «l’accès à l’information pour contribuer à la progression de la démocratie et à rendre les usagers de l’administration civile de plus en plus exigeants». Et c’est la raison pour laquelle, il dira : «A l’endroit des usagers du service public, je manifeste ma disponibilité pleine et entière pour la distribution de service public de qualité mais aussi et surtout le respect de la loi».  
Conscient de la difficulté à être aux commandes d’une entité administrative comme Dakar, Alioune Badara Diop n’en fixe pas moins le cadre de son action. «Comme vous le savez sans doute, Dakar la capitale du Sénégal, principal point de convergence des populations de l’intérieur du pays et est donc confronté à une difficulté liée à la gestion de l’espace urbain. Il s’agit dès lors de consolider les acquis en soutenant et en poursuivant les efforts entrepris par mon prédécesseur. Et je manifeste, au maire de la ville de Dakar, ainsi qu’aux élus locaux, ma disponibilité et ma volonté de nouer des partenariats de collaboration et de mutualisation de nos forces et d’exercer auprès d’eux des fonctions de représentant de l’Etat». 
De son côté, le sortant, Ibrahima Sakho, qui a eu du mal à tenir son discours, parce que gagné par l’émotion au point de verser quelques larmes, a encouragé son successeur en lui souhaitant beaucoup de réussite. Car, lui  conseillant ainsi: «Dakar est un département extrêmement difficile à tous les points de vue. Parce qu’on est proche des autorités qui nous exigent des résultats».




Publicité



Facebook