Cheikh Tidiane Sy charge Ousmane Diagne et Abdou Latif Coulibaly


Rédigé le Vendredi 7 Juin 2013 à 12:20 | Lu 99 fois | 0 commentaire(s)


Face à la presse hier, jeudi 6 juin, l’ancien ministre libéral de la Justice Cheikh Tidiane Sy qui se prononçait sur la détention de son fils, ex-conseiller spécial du Président sortant Abdoulaye Wade en charge des Tics, a pointé un doigt accusateur sur l’ancien procureur de la République Ousmane Diagne et sur Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la bonne gouvernance.


Cheikh Tidiane Sy charge Ousmane Diagne et Abdou Latif Coulibaly
Pour le dernier Garde des Sceaux de Wade qui a dénoncé des «violations flagrantes» Thierno Ousmane Sy, son fils, est victime d’une «campagne de désinformation et de diabolisation». L’ancien ministre de la Justice Cheikh Tidiane Sy a indiqué que son fils Thierno Ousmane Sy, emprisonné dans le cadre de l’affaire Sudatel, est «victime d’acharnement» de deux personnes, notamment Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, et l’ancien procureur de la République Ousmane Diagne.
Le dernier Garde des Sceaux sous l’ère Wade a porté ces accusations hier, jeudi 6 juin, lors d’un face-à-face avec la presse. S’adressant au président de la République Macky Sall , l’ex-ministre et père de Thierno Ousmane Sy a soutenu que son fils, ancien conseiller spécial en charge des Tics auprès du Président libéral sortant, fait l’objet de «violations flagrantes» de ses droits fondamentaux et d’une «campagne de désinformation et de diabolisation» entretenue par une certaine presse alors qu’il n’a fait que contribuer de manière significative au développement de son pays .
L’ancien ministre de la Justice a laissé entendre que le procureur sortant de la Ousmane Diagne, a pris son fils en « otage » pour solder un compte avec lui. «Ousmane Diagne, sous son magistère, informé de mon intention de le faire remplacer, s’était lancé dans un combat féroce contre ma personne, parfois même au détriment de la bonne marche de la justice. Comme il l’a lui-même déclaré, il a usé et abusé de son droit de dire non, oubliant de préciser que c’était parfois au détriment du droit». Et Cheikh Tidiane Sy d’asséner sèchement : « Ayant échoué dans son entreprise contre ma personne, il usa de son pouvoir pour accabler mon fils Thierno Ousmane Sy.
La vacuité du dossier concocté par ses soins contre Thierno Ousmane Sy a entrainé un certain nombre de dérives, notamment de flagrantes violations des droits de l’homme ». Concernant Abdou Latif Coulbaly, le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement, Cheikh Tidane Sy soutient que «l’ancien journaliste de la Gazette qui a incriminé Thierno Ousmane Sy dans l’affaire Sudatel, l’accusant d’avoir percu des commissions d’un montant de 20 millions de dollars, a pourtant été déclaré, le 16 novembre 2010, par le tribunal correctionnel de Dakar, coupable du délit de diffamation et a été condamné à payer à Thierno Ousmane Sy des dommages et intérêts».
Tirant encore à boulets rouges contre le ministre, Cheikh Tidiane Sy a fait remarquer qu’« Il (Abdou Latif Coulibaly -ndlr) a fait nommer le magistrat Cheikh Dieng en qualité de Directeur de cabinet alors que c’est ce dernier qui a mené les enquêtes et auditions de Thierno Ousmane Sy ».
Poussant plus loin sa diatribe, le dernier ministre libéral de la Justice jugera que la présence de Abdou Latif Coulibaly dans le gouvernement « pose le problème » de la fiabilité de ce même gouvernement en matière de « pratiques déloyales », car, a-t-il estimé, « Latif Coulibaly est pour le moins un homme déjà condamné par une juridiction sénégalaise ». En conséquence, «il doit démissionner de ses fonctions gouvernementales, jusqu’à ce que sa situation judiciaire soit éclaircie», a affirmé l’ancien ministre libéral.
Sur le même registre, Cheikh Tidiane Sy a également déploré le fait que Kéba Keinde, cité dans cette affaire Sudatel au même titre que son fils, ne soit pas entendu par la justice. « Kéba Keinde qui est l’homonyme de Kéba Mbaye, père du Premier ministre Abdoul Mbaye, n’a jamais été convoqué ni entendu par la justice. Mieux, il a lui-même déclaré dans la presse qu’il n’a jamais été l’objet d’un mandat d’arrêt national ou international. Donc, il vaque librement à ses occupations alors que Thierno Ousmane Sy croupit en prison. Nous sommes…dans une justice sélective ». L’ancien ministre libéral de la Justice finira par mettre en demeure l’actuel chef de l’Etat Macky Sall : «Monsieur le président de la République, si vous n’êtes pas complice de Kéba Keinde, alors ordonnez un mandat d’arrêt contre lui».
 


Nouveau commentaire :
Facebook

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook