Benoit XVI : le pape corrige la date de naissance de Jesus


Rédigé le Vendredi 29 Novembre 2013 à 21:53 | Lu 405 fois | 0 commentaire(s)


Dans le troisième tome de son oeuvre consacrée à la vie du Christ, Benoît XVI a reconnu que les calculs de la date de naissance de Jésus étaient inexacts.


L’année de naissance de Jésus Christ, qui marque le début de notre calendrier occidental, est remise en question par le pape en personne. Dans le troisième tome de son oeuvre consacrée à la vie de Jésus, Benoît XVI livre ses estimations théologiques, entre autres, sur les erreurs fixant la venue au monde du messie chrétien, il y a 2012 ans. “Le commencement de notre calcul du temps – la détermination de la naissance de Jésus – remonte au moine Dionysius Exiguus, qui dans ses calculs s’est à l’évidence trompé de quelques années. La date historique de la naissance de Jésus est donc à fixer quelques années auparavant”.
 
“L’enfance de Jésus”, qui paraît ce mercredi chez Flammarion, est un texte assez court (180 pages), très accessible, et assez personnel. Selon son auteur, il est possible d’établir clairement que la naissance de Jésus remonte à 6 ou 7 années avant la date officiellement reconnue. Le pape s’appuie sur les calculs de l’astronome Kepler, mais aussi sur des considérations plus astrologiques : “La grande conjonction de Jupiter et de Saturne dans le signe zodiacal des Poissons en 6-7 avant J.-C. semble être un fait vérifié. Elle pouvait orienter des astronomes du milieu culturel babylonien et perse vers le pays de Juda, vers un “roi des juifs” écrit Benoît XVI, faisant référence aux rois mages et à leur voyage vers Bethléem.
 
Cette analyse est complétée par une mise en garde contre l’idée qui pourrait laisser croire que la naissance de Jésus n’est qu’une mise en scène religieuse pour marquer sa grandeur : “Jésus n’est pas né ni apparu en public dans l’imprécis “jadis” du mythe. Il appartient à une époque exactement datable et à un milieu géographique exactement indiqué”.
Les réflexions du pape sur l’enfance de Jésus n’ont cependant pas la prétention d’être un travail historique. L’ouvrage est plutôt une sorte d’introduction à la pensée de l’ancien professeur de théologie, qui estime que la naissance virginale et la résurrection du Christ sauveur doivent être considérés comme des “piliers de la foi.
Source : Linternaute.com (3650)