Attaque et contre-attaque, El Malick Seck demande un milliard à Mansour Dieng


Rédigé le Vendredi 29 Mars 2013 à 14:52 | Lu 168 fois | 0 commentaire(s)


Le journaliste El Malick Seck traîne Mansour Dieng d’Icone Magazine en justice pour diffamation et injures et lui réclame un milliard de francs en guise de dommages et intérêts. L’affaire examinée hier par le tribunal correctionnel de Dakar a été mise en délibéré à la date du 25 avril prochain.


Attaque et contre-attaque, El Malick Seck demande un milliard à Mansour Dieng
Les deux journalistes people El Malick Seck et Mansour Dieng se livrent à une bataille juridique et médiatique sans merci. Le premier s’était attaqué au second dans un journal en écrivant que son confrère était un porteur de femmes. Autrement dit, Mansour Dieng organise une vente aux enchères ou des filles sont données aux plus offrants. Cet article qui avait fait la Une du magazine Facedakar était ainsi intitulé : « Les terribles révélations de la fille Souadou sur Mansour Dieng qui l’a vendue à l’homme d’affaire Aliou Sow »

Profondément touché par de telles accusations, Mansour Dieng a apporté à El Malick une réplique salée à laquelle ce dernier ne s’attendait pas via son magazine Icone. Cause de la citation qu’il a servie à son « rival » par voie d’huissier et sur démarches de son conseil Me Cheikhou Keita.

Hier, devant la barre, le prévenu Mansour Dieng a expliqué qu’il n’a fait que répondre à une attaque d’El Malick Seck. Il est revenu sur les propos tenus à l’endroit d’El Malick. « Certaines personnes victimes d’accusations mensongères d’El Malick s’étaient rapprochées de moi pour se plaindre : Par exemple l’actrice du téléfilm d’Un Café avec… Cathy Chimère Diaw. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand il a osé me taxer de maquereau. Là, j’ai pris la décision de m’attaquer à ce monstre que personne n’ose toucher », avait écrit l’administrateur des Editions Gawlo.

Se sentant attaqué et diffamé, Mansour Dieng laisse la Justice de côté pour aller battre El Malick Seck sur son propre terrain en publiant un article dans lequel il le traite de tous les noms d’oiseaux. « El Malick est ce qu’il y a de plus abjectes dans le métier de journaliste. Il est le symbole de la méchanceté et de l’obscurantisme, c’est un monstre, une ordure, un psychopathe » avait persiflé M. Dieng. Des propos qu'il a assumé, avec responsabilité, la paternité, ajoutant même que son confrère est entré par effraction dans la profession du journalisme. « Je ne cesse de dénoncer, dans les plateaux de télé, ces parasites comme El Malick qui entrent par effraction dans notre profession et qui font honte à la presse », a martelé M. Dieng.

Absent à la barre, El Malick Seck s’est fait représenter par son avocat Me Cheikhou Kane qui le confond tout au long de sa plaidoirie au prévenu Mansour Dieng. Au moment de formuler sa demande, Me Keita dit : « Vous condamnerez El Malick Seck à telle peine qu’il plaira au Procureur de requérir et vous allouerez la somme d’un milliard de francs à Mansour Dieng en guise de préjudice subi ». Il demande aussi l’interdiction directe et indirecte de l’exercice de profession de journalisme à El Malick Seck et la publication du magazine Icone pour six mois ferme.

Grand Place




Publicité



Facebook