Aliou Sow sur son ex épouse : « Amy Samaké est une page définitivement fermée. Je m’interdis d’en parler »


Rédigé le Vendredi 30 Août 2013 à 17:13 | Lu 93 fois | 0 commentaire(s)


Même étant Jeune étudiant, Aliou Sow a toujours refusé de grossir le lot des «serial dragueurs» et des garçons qui aimaient faire la bringue.


Aliou Sow sur son ex épouse : « Amy Samaké est une page définitivement fermée. Je m’interdis d’en parler »
«Depuis ma jeunesse jusqu’à présent, je n’ai jamais fréquenté les boîtes de nuit, je n’étais pas un jeune dragueur et je n’étais pas non plus un adepte des 400 coups. Je n’ai jamais fumé, bu ou touché à la drogue. Pendant tout le temps que j’étais étudiant, je n’ai eu qu’une seule petite amie. Aujourd’hui, on m’attribue plusieurs conquêtes, mais il n’en est rien et la plupart du temps, je ne connais même pas les amantes qu’on me colle», argumente-t-il. Et son ex-épouse Amy Samaké dans tout ça ? Il se braque : «Je n’ai aucun commentaire à faire sur cette partie de ma vie. Je respecte ma nouvelle femme, qui a vécu toutes les persécutions, parce qu’elle a choisi d’entrer dans ma vie au moment où je ne faisais plus rêver. Je préfère regarder l’avenir de façon optimiste. Amy Samaké est une page définitivement fermée. Je m’interdis d’en parler. Elle fait partie de mon passé et tout ce qui peut m’arriver dans ma vie n’est qu’une épreuve qui va renforcer ma connaissance, mon expérience du mystère des humains.» Le débat est clos.

 
Marié en secondes noces depuis le 02 septembre 2012 à une fille du chanteur Ismaël Lô, Aliou panse ses plaies auprès de son «amie,  soeur et confidente», mais refuse obstinément d’évoquer leur rencontre, préférant se barricader derrière son éternelle rengaine : «Cela relève de ma vie privée et je ne veux pas trop parler de cela. J’ai consacré une partie de mon livre à paraître très prochainement, «Le courage d’agir ou une nouvelle vision de la politique au Sénégal» à ma vie personnelle et le public découvrira cela en même temps. Ma vie privée, je la veux secrète et discrète. Je me concentre sur l’amour et le respect que je voue à ma dame.»
 
Perfectionniste, pragmatique et sportif, Aliou Sow qui se shoote à la musique de Salif Keïta, Baba Maal, au Ngoyane et au reggae, trouve son bonheur dans la solitude et la lecture. Monogame dans l’âme, Aliou, qui adore humer l’air pur de la nature, dit ne pas être un homme couru. «Même si c’était le cas, je sais parer les avances avec tact et courtoisie. J’essaie d’orienter leurs sentiments vers l’amitié ou le militantisme car entre l’amour et la haine, il y a un petit pas. Je ne cherche pas des amantes, mais plutôt des militantes.» Les potentielles candidates sont prévenues…
L’Observateur




Publicité



Facebook