APPLICATION DE LA BAISSE DES PRIX DU RIZ, DE L’HUILE, DU SUCRE: Aveu d’échec


Rédigé le Mardi 30 Avril 2013 à 12:58 | Lu 53 fois | 0 commentaire(s)



APPLICATION DE LA BAISSE DES PRIX DU RIZ, DE L’HUILE, DU SUCRE: Aveu d’échec
Reconnaissant des « objectifs non atteints » dans l’application de la baisse des prix des denrées de première nécessité, le Premier ministre Abdoul Mbaye a annoncé l’homologation prochaine des prix de certaines d’entre elles. C’était hier, lundi 29 avril, lors d’un conseil interministériel consacré aux mesures de sauvegarde du pouvoir d’achat.
 
Le gouvernement sénégalais cherche toujours la bonne formule pour la baisse des prix de denrées de première nécessite et son application. Présidant hier lundi un conseil interministériel sur les mesures de sauvegarde du pouvoir d’achat, le Premier ministre a fait un aveu d’échec dans l’application des mesures de baisse des prix des denrées de première nécessité, prises et annoncées au dernier semestre de l’année 2012.

Selon Abdoul Mbaye, « il faut reconnaitre  que la baisse des prix au détail n’a pas été respectée par les commerçants. Nous n’avons pas atteint notre objectif. Toutefois, il faut savoir qu’on ne peut pas baisser indéfiniment tous les prix. Ce n’est pas possible». Avant de poursuivre : «c’est toujours difficile de contrôler les prix appliqués par les détaillants. Il y a des dizaines de milliers de boutiques, on ne peut pas mettre un contrôleur derrière chaque boutique».

Des prix homologués
Cependant, le Premier ministre a annoncé l’homologation prochaine des prix des denrées de première nécessité notamment le riz ordinaire brisé, l’huile et le sucre en poudre raffiné. «Un processus va être lancé au cours  du mois de mai prochain avec le ministère du Commerce pour aboutir à des prix homologués sur le sucre, l’huile et le riz ordinaire brisé. Personne ne pourra dépasser ces prix, sans être en infraction», a dit Abdoul Mbaye.

D’où la nécessité, indique-t-il, de mettre sur pied au niveau national «un  réseau de boutiques acceptant contre certains avantages l’application des prix homologués».

Cette série de mesures visant la baisse de ces trois produits susmentionnés découle d’un constat. La revue à la baisse des prix de ces produits n’a eu jusqu’ici qu’un effet d’annonce. Les commerçants continuent toujours de dicter leur loi. Par conséquent, les prix sont restés intactes.

Cette homologation qui n’est pas sans rappeler « l’affaire » récente de la farine, devra se faire avec la complicité positive des commerçants et consommateurs, mais Abdoul Mbaye n’a pas manqué de souligner que « des services de l’Etat seront derrière les commerçants indélicats. Nous saisirons la marchandise et ils payeront une amende. Le commerçant devra respecter la mesure».

Toutefois, le Premier ministre dément toute augmentation actuelle des prix sur le marché et déclare : «J’entends dire que les prix ont augmenté, ça ne correspond pas à la réalité ! ». Et de reconnaitre tout de même une hausse des prix du carburant.

«Pour le carburant, il y une légère hausse. Le Diesel est passé en mars 2012 de 798frs à 792frs en mas 2013. Par contre sur l’essence Super, on est passé de 850F Cfa  à 889 F Cfa au mois dernier. Pour le gaz butane, la bouteille de 6kg qui coutait 3956F Cfa est passée aujourd’hui à 3 700frs. Voilà la réalité des chiffres», explique Abdoul Mbaye.

Vers un nouveau mixte de production d’énergie
Le Premier ministre est cependant revenu sur la question de l’énergie électrique. Tout en déplorant le système actuel de production de Senelec, Abdoul Mbaye a en outre précisé que « nous allons vers un nouveau mixte en matière de production d’énergie. On va rechercher les énergies les moins chers notamment à partir du charbon, l’hydro-électricité, entre autres énergies renouvelables. Par ailleurs au niveau de la Senelec, il y a des niches pour améliorer la productivité, et  réduire les pertes. »
Sudonline

 
 




Publicité



Facebook