AGRICULTURE URBAINE: La zone des Niayes menacée


Rédigé le Mercredi 19 Juin 2013 à 11:10 | Lu 363 fois | 0 commentaire(s)


Dans le cadre de l’évaluation des connaissances en matière de changement climatique et d’agriculture urbaine conduite par le cabinet Idev-ic avec la participation d’un groupe d’experts sénégalais, un atelier a été organisé hier, mardi 18 juin, en mettant un accent particulier sur la Zone des Niayes menacée.


AGRICULTURE URBAINE: La zone des Niayes menacée
L’agriculture dans la région de Dakar : enjeux foncier et risques climatiques. Tel est le thème de l’atelier  organisé par le Cabinet Idev-ic , en collaboration avec Start,  mardi 18 juin, dans un hôtel de la place. L'objectif de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la « semaine de l’agriculture urbaine » est d’offrir un cadre d’échanges et de réflexion sur les atouts, les contraintes, les opportunités et les perspectives qu’offre l’agriculture  urbaine  et périurbaine.
Selon Mohamed Omar Diagne, consultant gestion en environnement et agriculture urbaine, les effets du changement climatique sur l’agriculture urbaine se traduisent  par la diminution des superficies, la dégradation de la qualité de l’eau, la prolifération des attaques des cultures qui impactent sur la production et les rendements et par voie de conséquence sur la sécurité alimentaire. Toutefois a-t-il signalé,  les contraintes liées à ce sous secteur restent considérables.
De son coté Malick  Gaye de l’Ong Enda dont la communication a porté sur "planification urbaine et agriculture à Dakar" , prenant comme exemple la zone des Niayes qui est menacée et détournée de sa vocation agricole, il a attiré l’attention de l’Etat et des élus locaux sur l’application des dispositions législatives et réglementaires de ce sous secteur. Il a ensuite invité l’Etat à prendre des mesures urgentes pour contenir la destruction de la zone des Niayes qui risque de disparaitre d’ici  quelques années. Pour ce qui est de l’utilisation des eaux usées traitées ou non traitées  comme sources d’irrigation, il conseille de prendre les précautions nécessaires avant  toute utilisation.
De l’avis de Mme Marie Diouf Dione, membre du cabinet Idev-ic , l’agriculture urbaine participe véritablement à l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté à travers l’accès à une alimentation diversifiée et la généralisation des revenus. Ainsi a-t-elle souligné, « il est encore temps de faire connaitre le sous secteur de l’agriculture urbaine et périurbaine qui rencontre beaucoup de difficultés à travers un plaidoyer ». Outre  la poursuite de cet atelier, il est prévu aujourd'hui, mercredi 19 juin, une visite de terrain avec des parlementaires, élus locaux et autres acteurs stratégiques. Une session thématique de travail avec le réseau des parlementaires pour la protection de l’environnement du Sénégal sera également organisée dans l’après midi.




Publicité



Facebook