[ACTUALITÉ] « NOUS NE SOMMES PAS RACISTES, C’EST ELLE QUI EST NÈGRE »


Rédigé le Vendredi 8 Novembre 2013 à 18:44 | Lu 253 fois | 2 commentaire(s)



Comme Christiane Taubira, Cécile Kyenge doit affronter des propos racistes au quotidien. Et la ministre italienne le fait avec le sourire.
Nous ne sommes pas racistes, c’est elle qui est ‘nègre’ (sic) ! » Cette explication politiquement « incorrecte » circule dans les rangs des élus de la Ligue du Nord au Parlement italien, une manière de justifier un comportement injustifiable adopté par certains parlementaires depuis l’arrivée au gouvernement de Cécile Kyenge, ministre de l’Intégration du gouvernement d’Enrico Letta. Le scénario est toujours le même : un élu de ce parti xénophobe insulte la ministre publiquement pour ensuite s’excuser. Mais le mal est fait, et le permis d’insulter Cécile Kyenge existe désormais.

Dernière insulte en date, publiée sur les réseaux sociaux, une photo de la ministre assise sur les bancs du Parlement, le visage recouvert d’une tête de singe, avec en légende une simple phrase : « Devinez qui c’est ? » Depuis sa prestation de serment, il y a six mois, Cécile Kyenge, « la première ministre de couleur », comme l’appelle la presse italienne, en a vu de toutes les couleurs ! Certains lui ont lancé des bananes alors qu’elle parlait en public, des inscriptions à caractère raciste ont fleuri sur les murs de certaines villes, mais c’est surtout sur Internet et les réseaux sociaux que la haine raciale à son égard s’est véritablement déchaînée.

 » Nous devons affronter la question du racisme sur Internet « , a-t-elle déclaré dernièrement lors d’une audition au Parlement,  » dans les écoles, nous devons pousser les jeunes à dépasser les peurs et l’indifférence envers la diversité, nous devons enseigner la tolérance, le pluralisme, l’écoute pour éviter les généralisations et les stéréotypes « . La ministre n’en démord pas, les Italiens ne sont pas racistes, seuls quelques personnes qui parlent plus fort que les autres le font penser, explique-t-elle régulièrement aux journalistes ! Pourtant, sa protection a dû être renforcée, les insultes qu’elle reçoit quotidiennement sur Internet font l’objet d’enquêtes judiciaires approfondies, malgré cela, elle garde le sourire et l’espoir, et considère que son rôle reste fondamental pour faire comprendre qu’on peut défendre les intérêts de l’Italie tout en étant née au Katanga !

Source : lalibre.be