ABC crache du feu sur Macky: « Monsieur le Président réveillez-vous avant qu’il ne soit minuit… et Libérez Aliou Aîdara Sylla »


Rédigé le Samedi 2 Novembre 2013 à 16:49 | Lu 200 fois | 4 commentaire(s)


L’intégralité du discours du Nº 2 de L’APR Alioune Badara Cisse , tenu ce vendredi 01 Novembre 2013 à Saint-Étienne en France.


ABC crache du feu sur Macky: « Monsieur le Président réveillez-vous avant qu’il ne soit minuit… et Libérez Aliou Aîdara Sylla »
Monsieur Lamine Diallo Conseiller municipal à Mably et cher frère
Messieurs les Coordinateurs de section française de l’Apr
Messieurs les Coordinateurs des Abécédaires
Mesdames et Messieurs les membres du bureau des Abécédaires
Mesdames et Messieurs les invites en vos divers titres et qualités
Chers Amis
Notre rencontre de ce jour est historique en ce qu’elle intervient à un moment ou notre Parti , L’Alliance Pour la République , en profonde léthargie depuis l’accession au Pouvoir de son candidat le Président Macky Sall , n’arrive pas à remplir certaines de ses fonctions essentielles.
Celles ci lui font astreinte de demeurer un outil d’animation de la vie politique nationale, d’être un organe de veille et de défense des positions du Président de la République et de son Gouvernement, de préparation des échéances électorales, concomitamment à ses objectifs de constituer un vivier de ressources humaines sans rien omettre de ses tâches de massification et d’élargissement de ses bases.
Notre rencontre est historique également en ce qu’elle réunit une frange importante de camarades mus par des interrogations qui touchent à l’essence même de la nécessaire introspection pour dresser un bilan d’étape ce cet exceptionnel outil de conquête de pouvoir que fut notre formation politique .
Elle l’est assurément par votre courage conjugué de choisir un thème pour notre rencontre qui touche à la cohésion et à l’unité en notre sein, éléments sans lesquels cet objectif « du commun vouloir de vivre en commun  » pour parler comme Jean Jacques Rousseau ne sera jamais atteint.
Elle l’est enfin pour l’honneur que vous me faites de me retremper ici à Saint-Étienne,  dans le royaume de ma jeunesse ou j’ai connu des hommes et des femmes exceptionnels qui ont impacte ma vie d’étudiant et continuer d’impacter ma vie d’adulte.
Alors que j’y débarquais par un froid matin du dernier jour du mois de Septembre 1980, sans bourse , porteur uniquement des ambitions que mes parents nourrissaient pour moi sans espoir de les soutenir, Dieu a mis sur mon chemin des hommes exceptionnels qui m’ont mis dans d’excellentes conditions d’études et de séjour : je veux nommer Bomane Sampou et Bireyma Sadi Diagne dit Biro . Je ne les remercierai jamais assez.
Pour Sadi, le statut de grand frère et de copain se mua très vite en celui de père pour avoir quitté son lit et sa chambre, de l’arrêt de la fameuse ligne 6 face au 136 du Boulevard Alexandre de Fraissinette, au 25 Route des Cyclotouristes à Villars en passant par le Clos de l’Abbaye et en ces différents logis, le seul espace qui lui était autorisé même qu’il fut propriétaire était la cuisine et s’il était chanceux ,un coin de ce fameux canapé en velours vert pour y poser sa tête lasse à des heures bien tardives.
Sa modestie et son humilité légendaires sont ici mises à rude épreuve mais c’est un minimum que je puisse au nom d’une belle bande de copains que tu as assistées avec désintéressement . Au nom de tous ceux la , je te redis merci du fond du cœur.
Pour notre thème du jour empruntons à Confucius sa célèbre sentence qui lui faisait dire :  » si j’étais empereur je commencerai par définir le sens des mots ».
Convergence: aller dans ou vers une même direction
République : Chose publique
Unité : Un . Devise des Spartiates : un pour tous et tous pour un
Cohésion : logique
Alliance : Union de forces aux fins d’un objectif commun
Notre légitimité de traiter de ce sujet résulte de notre attachement quasi viscéral à l’organe dont nous avons suivi l’évolution, je dis bien toute l’évolution de son stade zéro ( +2 ) au niveau actuel d’attraction du fait du pouvoir obtenu par ceux la dont l’unique qualité est d’avoir attendu la chute du fruit mur pour s’en emparer à la place du paysan,  la mise a terre de la prise pour s’en accaparer a la place du pêcheur et la mise à mort du gibier pour gérer la grillade à la place des braves chasseurs.
Parler de Cohésion et d’Unite à l’intérieur de l’Alliance revient à analyser de manière interactive et introspective la relation entre notre nous mêmes , celle d’entre notre Parti et celle vis à vis de notre Pays . Le Grand Philosophe Homere ne nous enseigne-t-il pas que l’Union même de la médiocrité fait la force ! Et Seneque de renchérir que par l’union les petits projets s’accroissent et dans la discorde les plus grands se renversent !
La nécessité de procéder à cette nécessaire introspection résulte de plusieurs facteurs qui font écho aux fameuses interrogations kantiennes : Who , What , Why , Where et When .
– Sommes nous toujours ou avons nous cesse d’être ce corps de combattants redoutables et redoutés à l’image de Mbaye Ndiaye , de Moustapha Cisse Lo, de Ablaye Ndour et de tant d’autres qui, du haut de la Tribune de l’Assemblee Nationale , ont dénonce ce 9 Novembre une forfaiture Sadanique ?
– Pourquoi tant d’égards vis à vis des populations pendant la phase Conquête du pouvoir sitôt transformés en arrogance et en indifférence après la victoire ?
– Pourquoi donc vouloir , vaille que vaille , et en dehors de la volonté divine, chercher la mise à mort de sa propre sœur, de son propre frère, de son propre sang, pour n’en tirer qu’un piètre réconfort pour un Ego sous forme d’arbalète ?
– Est -ce fini le temps ou la délibération sur les questions sérieuses exigeait une solennité maximale et conférait aux parties prenantes , et avant l’heure , une posture constante d’homme et de femme d’Etat face à son peuple ?
– Depuis quand avons nous perdu le sens de la gravité, de l’urgence et de la magnificence des actes de très haute portée que nous posions pour le bien commun ?
– Qu’est -ce qui s’est passé pour que la continuité de l’Etat ne se ressente depuis le 25 Mars que dans un corps à corps permanent entre l’Etat et les populations comme si certains venus d’ailleurs avec la complicité de partis politiques et d’une société civile bien de chez nous,  avaient fini par accorder au Président Wade Abdoulaye sa rallonge de 9 mois à deux ans  contre la volonté populaire ?
– Qu’est devenu notre génie naturel à expliquer avant de chercher à convaincre, à convaincre plutôt que d’imposer pour mieux faire adhérer et laisser se fédérer les énergies disparates mais toutes tournées vers la réalisation d’un commun idéal ?
Ces questions Chers Amis, sont loin d’être. triviales au regard des enjeux de l’heure qui ont fait se réunir ici, aujourd’hui à Saint-Étienne  ce que le Gotha républicain partisan porte de courage, de prospection, de prospective et d’introspection.
Loin de nous toute idée de réécrire l’histoire en s’en attribuant ses plus belles pages, au risque de plagier Birago le romancier qui nous surprend de si belle manière avec sa conscience qui, en allant ramasser du bois mort, ramène le fagot qui lui plait.
Nombreux en effet êtes vous a avoir été aux rendez vous historiques qui ont vu naître ce formidable outil de conquête du pouvoir, de structure de défense d’un pays, de ses valeurs et de ses institutions, mais s’étant en très peu de temps  révèle piètre organe de gestion du pouvoir et d’administration des organes ainsi conquis, de veille et d’alerte pour sa propre survie et celle de celui qui en incarne la substance, le sens, l’orientation, la pierre angulaire et qui en dicte le tempo.
Notre obligation de poursuivre le combat en veillant à la stricte application de l’éthique dans la politique pour commander ce que Maxim Jean Simon Ndiaye ci-devant secrétaire général de la Présidence de la République faisait inscrire dans cette fameuse déclaration dite de rupture du 9 Novembre 2009 : la nouvelle Éthique Politique ainsi qu’une véritable Philosophie de l’Action .
Quoi de plus noble des lors que de nous pencher, sans préjugé ni parti pris, sur le sort d’un organe qui nous appartient en partage et dont nous avons suivi tous les instants des agréables échanges amoureux de sa procréation , à la métamorphose du corps qui le porte, à ses gestes lents , à ses bouffées de chaleur , à ses angoisses ,  aux douleurs de l’enfantement et au bonheur de la délivrance !
Tout comme vous, je fus témoin de chacun de ses instants .
De la bataille enclenchée des le mois de Septembre 2007 à la rupture de Novembre 2008, de la déclaration du Parti en Décembre 2008 au Congrès d’Investiture en Décembre 2011 en passant par le comité de rédaction des statuts et règlement intérieur de l’Apr, les enquêtes de moralité, les convocations à la Police, la délivrance dans la procédure du retrait du passeport diplomatique du Président Macky Sall, la relecture de la première mouture du programme politique, économique et social de notre candidat, plus tard baptisé par le Général Aziz Yoonu Yokute, jusqu’à l’annonce de la capitulation du Président Wade que je sus avant le Président Macky pour avoir communiqué son numéro de contact à Ousmane Ngom et informe le Président Macky de l’imminence d’un appel du Président Wade etc…
A chacune et à toutes ces batailles , tout comme chacun d’entre vous, j’ai pris part à titre principal !
C’est de la d’ailleurs que nous tirons notre légitimité à agir et à agir sans que rien ni personne ne puisse nous en empêcher . C’est la que se situe notre obligation d’agir avec la pleine conscience qu’en s’abstenant de voler au secours de notre Alliance nous courrons le risque d’être poursuivis pour non assistance à Parti Politique et surtout et plus grave encore à Régime Politique en danger !
Au nom des espoirs placés en notre candidat le Président Macky Sall élu à plus  de 65% et devant la très rapide érosion du capital confiance dont il a joui, les militants que nous sommes ne peuvent plus longtemps  croiser les bras, que lui même nous le demande ou pas ! Il y va de sa propre survie disais-je et celle du régime que nous avons contribué à mettre en place et au premier heures desquels nous avons jour les premiers rôles tant que la confiance du Chef de L’Etat nous était dévolue .
J’ai toujours eu cette forte et inébranlable conviction que ne plus être dans l’appareil d’Etat conférait davantage de temps pour le travail de consolidation de notre jeune parti politique, de son élargissement et de sa massification .
Aussi sans désemparer depuis le 29 Octobre 2012 date de mon depart du Gouvernement, et avec de maigres moyens personnels, en tapant parfois dans le calepin républicain de nos hôtes, j’ai pu honorer Limoges, Marseille, Montpellier, Saint-Étienne , Lyon, Rouen, Le Havre, Paris et Saint-Étienne a nouveau , mais aussi Londres en Angleterre, FuerteVentura, Tenerife, Murcia, Valence , Valladolid et Madrid en Espagne , les villes marocaines de Rabat, Marrakech, Kenitra et Fès les Départements  de Fatick , de Kebemer, de Tivavouane, de Kaffrine , de Koumpentoum , les régions de Sedhiou, de Kolda et de Ziguinchor dans leur entièreté etc …
Après Saint-Étienne je repars à l’assaut de l’Espagne à partir du 5 Novembre et l’Italie à sa suite pour une quinzaine de jours avant de regagner Dakar Inch Allah.
Autant la diaspora réclame cet échange , autant l’exige le Sénégal des profondeurs!
Le Président de l’Alliance Pour La République ne peut plus y procéder et nul autre ne le fait à sa place çar chez nous le volontarisme se meurt par le peu d’espace doublé du peu d’épaisseur sociale donnés à nos responsables et de cette préférence de nos alliés du 23 Mars 2012 sur nos compagnons et camarades de Septembre 2008 hypocritement théorisée: La Patrie avant le Parti alors qu’en vérité il s’agirait plutôt de dire  » Les Alliés de la deuxième génération avant L’Apr et Macky 2012 !
Quelle courte mémoire !
Si chacun devrait rester chez soi ruminant sa frustràtion , force est de se demander comment allons nous redémarrer la machine quand les chefs s’insultent à longueur de journée , que les coups de poignard au dos sont la monnaie commune sur le marche des échanges en civilité , quand le Président tout seul, va au charbon , pour un oui ou pour un nom et que ses conseillers attitrés tant au niveau ministériel qu’au niveau de cabinet rajoutent de l’huile sur le feu déjà incandescent d’un bouillonnement social qui se métastase, pour le rendre inextinguible !
Monsieur Le Président de l’alliance Pour La République doit se réveiller avant qu’il ne soit minuit car il est le seul et unique responsable des difficultés que vit le Parti .
Vous ne vous en souvenez peut être pas car porté par la clameur d’une quarantaine de milliers de personnes, le Congrès Constitutif et d’Investiture et dont je suis seul à garder les minutes n’avait désigné qu’un seul organe : le Président du Parti, à charge pour lui de s’entourer des hommes et des femmes de son choix et de mettre en place un bureau ou un Secrétariat Exécutif National .
Vrai que cela fut fait pour le SEN depuis le 02 Février 2013 adoubé par une Commission Nationale chargée de l’élargissement et de la massification du Parti que vient malheureusement contrecarrer d’un simple point de vue institutionnel, les conflits d’intérêt et de compétence  entre les tâches qui lui sont imparties et celles dévolues au DC.PO , hypothéquant lourdement les chances des objectifs attendus par la réforme .
Depuis un an que j’observe le fonctionnement du Parti, l’informel qui y prévaut le rend bien peu attrayant pour être attractif , la confusion des rôles de coordination et d’administration au gré des humeurs créés de toute pièce l’emporte sur l’implacable logique statutaire et réglementaire , texte de base du Parti !
Le Président de notre Parti a seul cette légitimité historique et juridique de mener les réformes ou de les déléguer et dans ce cas, il subit les conséquences des actes posés par les délégués . Notre machine républicaine est grippée, atrocement grippée et est en voie d’être phagocytée par des corps jadis sans vie, depuis lors revitalises et ressuscités au nom d’une vraie fausse Alliance survenue à deux jours du deuxième tour !
En nous dressant en notre sein les uns contre les autres, l’on arrive à suspecter les efforts des uns devant l’incurie des autres, offrant ainsi un piètre spectacle de ce que la Politique devrait cesser d’être depuis le 25 Mars 2012.
L’on joue à se faire peur et l’on s’évertue à faire usage des pouvoirs entre nos mains déposés pour brimer et affaiblir des responsables politiques du même bord et en faire des adversaires du Président de L’Alliance qui dit ne pas être au courant !
On joue sans arrêt au Procureur du Roi , menant des instructions en solo , condamnant sans procès et souvent , procédant à des exécutions sommaires et définitives .
Prenons le temps du Concordat et du Règlement judiciaire lorsque l’entreprise est en difficulté plutôt que de foncer vers une liquidation qui souvent peut ne pas profiter aux créanciers chirographaires et aux petits porteurs que nous sommes.
Devant la cacophonie générale ou chacun parle pour se faire remarquer, l’on donne l’impression qu’aucun capitaine n’est à bord du navire ou qu’à tout le moins, l’on ne sent pas le cap . Et en politique chers amis, l’impression est la réalité !
Et pourtant , les réalisations du Gouvernement, malgré un contexte économique mondial très difficile, sont immenses et elles sont structurantes ! Notre Camarade Hamath Ndiaye d’Aix Marseille le 30 Mars dernier nous en avait dressé un beau catalogue depuis lors enrichi par de nouvelles initiatives .
Je voudrai ici marquer une pause pour féliciter Mme le Premier Ministre Aminata Toure pour sa nomination et sa formidable déclaration de Politique Générale du lundi 28 Octobre dernier; dans la même veine, saluer son prédécesseur que j’ai vu à l’ouvrage avec abnégation et résolution au moment le moins évident car portant avènement d’un gouvernement nouveau.
Notre problème vous le voyez Chers Amis , il n’est pas dans le bilan mais plutôt dans sa perception , dans celle de notre manière de partager nos acquis autour de la recherche du bonheur pour tous !
Nous devons continuer à cultiver ces communes valeurs de Djom, de Ngor, de Kolere, de Sutura et à avoir un culte pour le travail , le pardon, la paix et le tout en un esprit de dépassement qu’exigent nos enjeux de développement  !
Dans ce cadre, et en vue de l’instauration d’un climat politique apaise, il faut noter en le saluant , que le démarrage des concertations nationales sur L’Acte III de la Décentralisation est un bon début mais il ne sera efficient que s’il a pour finalité de poser les prémisses d’un dialogue politique à consolider entre le pouvoir et l’opposition outre la définition de  nouveaux espaces et territoires économiques et de développement harmonieux et intégrés plutôt qu’un simple artifice pour ne pas tenir des élections locales à date échue .
 Dans ce cadre également, et par rapport à la traque des biens mal acquis , pour laquelle on attend encore des résultats , une réflexion détachée des esprits vindicatifs doit être menée aux seules fins de réconciliation de notre peuple avec lui même, en donnant au Président de la République une posture majeure d’être celui de tous les sénégalais et d’être au dessus des partis .
Que cette posture , pour ceux qui étaient à Lyon en Avril dernier , n’évoque aucun souvenir !
L’on a en effet noté qu’à chaque fois que les populations sont mécontentes, le nom d’un ancien Président et celui de son fils incarcéré sont évoqués et scandés , produisant ainsi dans la conscience collective un mécanisme de substitution dont les effets sont difficiles à mesurer et encore plus difficiles à contrecarrer pour peu que l’on laisse encore sedimenter .
Ne nous trompons pas d’objectif chers amis, je suis pour que les deniers du contribuable soient restitués , mais l’on ne peut pas courir le risque d’une saturation plus médiatique que juridique vis à vis d’une situation qui lasse atrocement et dont les effets ne profitent qu’aux mis en cause.
Monsieur Le Président de la République, l’avocat que je suis restera loin de l’évocation d’éléments d’information relatifs aux dossiers en instruction mais surfons intelligemment pour vous dire que vous étiez sur la bonne voie en indiquant celle de la médiation pénale.
Néanmoins , faites savoir à vos collaborateurs que le succès d’une médiation pénale de cette envergure réside dans la capacité des agents à garder la procédure confidentielle tant dans l’identité de ses acteurs que pour les arrangements convenus.
Ce manque de professionnalisme de nos agents tendant à divulguer à la presse le contenu des procès verbaux est aussi préjudiciable que les compte rendus des échanges en Conseil des Ministres au delà de ceux évoqués par le Communiqué du Conseil.
Monsieur Le Président de la République , faites restituer à Alioune Aidara Sylla sa liberté. Toutes les théories juridiques que peuvent agiter vos conseillers pour le mener en jugement et entrer en voie de condamnation à son encontre sont erronées tant qu’une information n’est pas ouverte contre le Président Abdoulaye Wade, ce que je déconseille fortement .
Monsieur Le Président de la République je puis jurer sur le Saint Coran que vous n’êtes ni de près ni de loin en contact avec le monde des homosexuels. Ce serment est ainsi prêté aux seules fins de  plaider le retrait de votre « constitution de partie civile  » en affaiblissant l’auto saisine du Parquet pour permettre à Bara Gaye de recouvrer la liberté . Vous n’y gagnez rien du tout en le faisant garder prison ! Quiconque vous dit le contraire n’est qu’un va-t-en guerre aux desseins inavoués.
Quelle est la pertinence de telles démarches si en notre sein, de dialogue il n’y en a point ?
Quelle pertinence unité et quelle cohésion en notre sein si l’on se jette l’anathème a longueur d’année ? Si le devoir de solidarité se duplique d’une collusion de sociétaires pour se nuire et réduire au silence les voix les plus audibles ?
La paix n’a pas de prix et je suis sur , si le contexte avait été un peu plus différent , que solution aurait été trouvée depuis longtemps sur l’ensemble de ces questions qui vous encombrent .
Alors , à partir de ce moment , les esprits apaisés discuteront sans passion ni pression et sauront choisir sans peur d’appuyer notre Groupe Parlementaire non seulement en complément d’effectif mais en initiative législative ne serait-ce que dans un premier temps à travers la mise en place d’un sous groupe de travail  interparlementaire entre nos députés directement issus de nos rangs et ceux des autres coalitions qui le désirent notamment Le Pds, Le Rewmi et la Coalition Bokk Guiss Guiss .
 Que ceux qui y voient un acte de haute trahison en tirent les conséquences !
Notre intérêt à ainsi procéder me semble très important d’autant que la coalition à laquelle nous appartenons encore va en déflagration certaine avec l’approche des prochaines élections locales et le tout, en prévision de la prochaine élection présidentielle .
Monsieur Le Président de la République le Républicain que vous êtes n’est pas hermétique aux souffles de la coutume, de la Tradition et de Religion car ce tryptique aux côtés de la Bourgeoisie , de la Paysannerie et de la Classe ouvrière est le fondement de l’Etat et les démembrements fondamentaux du tissu social de notre pays .
Prenons le temps comme par le passé à leur accorder beaucoup de notre temps et efforçons nous de tenir les promesses qui leur sont faites : la grande mosquée de Kounkande est menacée de ruine et héberge les chauve souris de toute la ville; le centre est indigne d’un abattoir à la sauvette et l’infirmier major qui paie de sa poche son assistant ne sait plus à quel saint se vouer .
Les villages qui n’ont jamais eu d’eau et que nous avons visités devraient faire rougir les dakarois avec ces jeunes garçons et ces jeunes filles qui parcourent plusieurs kilomètres à dos d’âne pour les plus heureux et avec des chambres à air à la recherche du liquide précieux .
Des échanges de cette nature, Monsieur le Président de la République, vous en avez à profusion sans aucun doute , mais St.Etienne n’a pas voulu faire que de la politique politicienne. Il se veut aussi fertile en propositions et en suggestions, desquelles vous choisirez celles plus en inadéquation avec les intérêts de la Nation .
Pour une fois chers amis , pour un forum de la Diaspora, vous avez élu de ne point parler de vous et de vos immenses difficultés, préférant vous mettre au chevet de notre Pays Le Sénégal et de notre Parti L’Alliance pour la République que nous avons en partage.
Votre très forte mobilisation , vos efforts immenses et soutenus pour organiser ce forum à vos frais exclusifs, le niveau d’engagement exceptionnel dont vous avez fait montre tout au long forcent mon admiration .
Mention spéciale à nos coordinateurs Malle Sy et Moussa Ba, Adama Kante, Yande Ndiaye, Bernard Tine, Aboubacry Kane, Alpha Sy , Mbaye Babacar Diop, Mamadou Watt et Youssou Sene  qui nous accueillent à St. Étienne , famille et amis venus de Lyon, mes nièces Mireille et Khady et d’ailleurs notamment de Limoges Khady Barry et Ephygenie,  merci pour tout .
Je puis affirmer sans me tromper que les soldats MBALLO , KHAMAT SENE SOPHIE MBAYE  et BOUBOU SY pour ne citer que ceux la seront fiers de nos assises et de chacun d’entre vous détenteur d’une chandelle qui continuera d’illuminer leur foi et leur espoir en un Sénégal meilleur .
Au nom de ces illustres disparus et du compagnonnage qui devant nous se profile, je réitère le serment de ne rien entreprendre qui puisse accroître le hiatus que d’aucuns s’évertuent à davantage creuser dans nos rangs, de ne point m’écarter des chemins convenus ensemble à partir de Saint-Étienne.
Je demande au Seigneur de me pardonner mes offenses envers lui et envers nos semblables comme je pardonne à tous ! Ce sera avec un cœur soulagé de toute rancœur de quelque nature que je redéfinis avec chacun et chacune d’entre vous mon nouvel itinéraire politique. Celui ci sera ponctué par le partage, l’écoute , la fidélité en nos communs idéaux et la loyauté vis à vis de nos respectifs sacrifices!
Jamais je ne devrais oublier ces moments de camaraderie, de foi en une communalité de destin, de dessein et d’objectifs pour notre pays, son peuple et nous mêmes !
 L’envie est grande d’emprunter cette belle formule de Birago ou la lune amoureuse parle bas à l’oreille des cocotiers penches pour vous dire que je vous aime, de cet amour bien de chez nous , celui du premier lait que l’enfant reçoit de sa mère!
Recueilli par Momar Dieng Diop pour derniereminute.sn




Publicité



Facebook