Vipeoples.net  | Site d'actualité sénégalaise des VIP

A la découverte de l'écrivain, Omar Ba


Rédigé le Samedi 17 Novembre 2012 à 05:36 | Lu 271 fois | 0 commentaire(s)



A la découverte de l'écrivain, Omar Ba

Biographie et informations

Nationalité : Sénégal
Né(e) à : Thiès , 1982

Biographie :

Omar Ba étudie la sociologie à l'université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal de 2001 à 2003 puis vient en France avec un visa d'étudiant et suit pendant deux ans des cours de sociologie à l'université de Saint-Étienne.

En 2005 il s'inscrit à des cours de sociologie des médias à l'EHESS, à Paris et se fait connaître en publiant deux livres sur la condition des immigrés africains en France.

Son premier livre, intitulé Soif d'Europe, témoignage d'un clandestin, porte sur les incroyables difficultés que les africains qui veulent venir s'établir en France doivent endurer en passant par des filières clandestines. Très bien reçu par la presse, ce témoignage bouleversant lui a valu d'obtenir un titre de séjour régulier.

Le second, Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus, paru en juin 2009, fait part de son désenchantement en décrivant les grandes souffrances de la vie en Europe pour les Africains, il conseille aux Africains de rester chez eux et de mettre en valeur leur propre pays.

Des critiques doutant de la véracité des faits décrits par Omar Ba dans Soif d'Europe naissent dès 2008 parmi les internautes sénégalais, provoquant une première enquête menée par l'écrivain Bathie Ngoye Thiam.

Après la parution de son deuxième livre en 2009, un journaliste du Monde, Benoît Hopquin, relaie l'enquête de Bathie Ngoye Thiam et met en évidence dans la biographie d'Omar Ba des invraisemblances permettant de mettre en doute le sérieux de ses propos.

Dans un courrier adressé le 17/07/2009 au «Parisien» Omar Ba finit par avouer:
«J'ai arrangé ma biographie parce que je pensais que cela aurait plus d'impact, reconnaît-il aujourd'hui. Mon témoignage ne repose pas uniquement sur des événements que j'ai vécus personnellement mais aussi sur des drames vécus par d'autres, des anonymes dont la voix est trop souvent tue.».
Il assure « regretter amèrement aujourd'hui ce choix ».