A Nairobi, "cache-cache" entre les Chabab et l'armée


Rédigé le Lundi 23 Septembre 2013 à 17:36 | Lu 95 fois | 0 commentaire(s)


Les opérations pour déloger les hommes armés qui ont attaqué un centre commercial de Nairobi, au Kenya, samedi, se poursuivaient, lundi 23 septembre. Après avoir lancé un assaut "majeur" dans la nuit, l'armée a affirmé que la plupart des personnes retenues par les Chabab avaient été secourues. Mais les assaillants menaçaient toujours de tuer leurs derniers otages, dont le nombre est inconnu. Dans l'après-midi, le centre était toujours secoué par de puissantes explosions, et laissait s'échapper d'épaisses fumées noires.


A Nairobi, "cache-cache" entre les Chabab et l'armée
Joseph Ole Lenku, le ministre de l'intérieur, avait annoncé un peu plus tôt que l'opération touchait désormais "à sa fin". "Nous contrôlons tous les étages, les terroristes ne peuvent pas s'échapper", a-t-il déclaré. La police a annoncé avoir tué 3 assaillants et blessé plusieurs autres. L'assaut, toujours selon la police, a fait 11 blessés parmi les militaires kényans.

PARTIE DE "CACHE-CACHE"

Un membre des forces spéciales, qui venait de participer aux affrontements, a raconté la difficulté de l'intervention sur place, parlant d'une partie de "cache-cache" avec les islamistes dans les magasins du centre commercial, dont les alentours immédiats restaient bouclés et interdits d'accès aux journalistes.

Un journaliste du site le monde, présent sur place, Sébastien Hervieu, rapporte sur Twitter que les tirs ont repris peu après 15 heures.

Le dernier bilan de cette attaque est, selon la Croix-Rouge kényane, de 62 morts, dont deux Françaises, 63 disparus et environ 200 blessés. Les assaillants seraient entre dix et quinze et regroupés dans un seul endroit du bâtiment, selon le gouvernement, mais des sources policières évoquent plusieurs groupes éparpillés entre les étages du complexe.
Lemonde


Nouveau commentaire :

Les messages jugés choquants seront de suite supprimés


Publicité



Facebook